N931 le projet de route sur le Trou d'Haquin

Bonjour à tous,

Ce mail pour vous expliquer les actions de la fédération par rapport à ce projet de route N931. Depuis qu’en janvier, un vent favorable nous a « porté » les projets de tracé, l’UBS est particulièrement inquiète pour la préservation d’un de nos grands sites d’activités. Nos ASBSL sœurs le sont également : Spéléo-J (active dans le domaine de l’éducation citoyenne, en ce compris à la préservation de l’environnement) et la Maison de la Spéléologie et du Patrimoine Souterrain (son nom parle de lui-même).

1. Contexte

Le centre Hospitalier Universitaire de Mont Godinne s’est développé sur le site d’un ancien sanatorium. Son accès n’a, évidemment, pas été conçu en fonction des habitudes de circulation moderne. Depuis plusieurs décennies, les administrations et les décideurs politiques cherchent à « désenclaver » cette zone (cela va de pair avec les réflexions pour créer un « Ring sud » de Namur). Les projets actuels prévoient de relier  l’Hôpital à l’E411 et à la N4 à hauteur de Maillen.  Cette jonction est  divisée en 5 tronçons.  Les tronçons 1 à 3 + 5 reprennent et modifient des voiries existantes.  Le tronçon 4 nous intéresse plus particulièrement.  Il concerne la construction d’un tout nouveau tracé et fait l’objet de 6 variantes (certaines techniquement peu réalistes), mais qui partent toutes « du grand virage » (près du  parking de l’Haquin, ) en vue de contourner Lustin en restant dans  la vallée. Donc, passant à proximité de l’entrée, voire à la verticale du réseau. Les auteurs de ces tracés ne semblent pas anticiper les difficultés de rencontrer des vides potentiels. Bien que des responsables politiques disent qu’aucun projet concret n’existe, nous avons tout de même eu en main des projets de tracés et nous savons qu’un budget est prévu pour 2019.

2. Position du CA

Le CA de l’UBS s’oppose catégoriquement à la création de cette  nouvelle voirie sur un site karstique. Il ne prend pas position sur la création d’une nouvelle route pour le principe ni sur les autres éléments de ce projet hors zones karstiques, car nous sommes moins concernés et nous ne nous sommes pas penchés sur ces problématiques. Nous avons décidé de réagir rapidement : attendre l’enquête publique est le meilleur moyen de devoir affronter un projet quasi clôturé. Il est préférable d’agir et de faire entendre nos arguments en amont.

3. Actions entreprises

-          Dès janvier : récolte d’informations auprès d’administration du SPW, de communes, la CWEPS,  de clubs (GRPS, entre autres), de différentes personnes liées au dossier…

-          En février : établissement d’un texte présentant nos arguments justifiant l’opposition de la fédération à ce projet. Ce texte a déjà été diffusé et sera prochainement sur notre site internet. Il est en pièce jointe;

-          Mars- Avril- Mai: prise de contact avec différents responsables d’administration. Il s’agissait entre autres de vérifier si les administrations en charge de la gestion de l’environnement et de l’archéologie avaient donné leur aval. Cela ne semble pas être le cas, n’ayant pas encore été informées;

-          Mars- Avril- Mai : contacts avec le collectif de citoyens des villages concernés. Voir http://www.n931.be/. Cette association, très active, a une position plus tranchée que nous sur l’ensemble du projet, mais force est de constater que leurs objectifs englobent les nôtres ;

-          Mai : Participation aux réunions d’information de cette association, dans le but de pouvoir expliquer la problématique autour du karst ;

-          Mai : Rencontre avec un représentant du Cabinet de Monsieur le Ministre Di Antonio ;

-          Avril- Mai-Juin : Présentation de notre point de vue à des journalistes, réponse à des interviews …

Nous détaillons volontairement peu nos différents contacts, par souci d’efficacité pour ces actions.

4. Pour la suite :

-          Suivre les différents contacts entrepris ;

-          Continuer nos actions d’information ;

-          Vigilance par rapport aux développements du projet.

 

Nous continuerons à vous informer.

Communiqué du CA

 

Le CA.